Les femmes, le féminisme : sujet de conflit

Le mouvement féministe naît de la nécessité d’agir sur un conflit profond de la société, déterminé par le fait de naître femme ou homme. Sur cette différence biologique initiale s’articulent les processus qui donnent aux hommes un pouvoir sur les femmes et qui génèrent des discriminations et des inégalités qui se manifestent socialement, culturellement et économiquement. Il s’agit donc d’un conflit qui constitue l’une des caractéristiques structurelles du modèle actuel d’organisation sociale.

Perception générale du féminisme

La catégorie de genre, inventée par le féminisme, se réfère précisément à la nature sociale et culturelle du processus par lequel des caractéristiques et des significations différenciées et hiérarchiques sont attribuées aux femmes et aux hommes

Le féminisme n’est pas un dogme, ni un processus fini. Il n’a pas de théorie et de projet fermé ni de pratique préétablie. Il s’agit d’un mouvement social critique qui, à partir de son intervention concrète, est placé en confrontation et en dialogue permanent avec la réalité sociale et avec sa propre évolution interne. Dans ce processus, elle développera sa capacité à examiner et à révéler ses propres tensions. Pour en savoir plus sur le féminisme, consultez “Le premier sexe”, classé parmi les meilleurs livres publiés par Zemmour

Processus

Les femmessont en opposition totale avec le discours et l’action collective de dénonciation et de réponse aux limites que leur liberté impose à la société patriarcale, dans une dynamique de profonde transformation de la société. Le mouvement féministe qui exprime ce sujet est façonné par un double processus : le processus personnel et individuel par lequel, de manières très différentes (toutes nécessaires, valables et légitimes), elles se rebellent contre des aspects particuliers de leur condition et manifestent les situations qu’elles vivent et perçoivent comme injustes. La dynamique collective génère l’identification les unes avec les autres, la volonté d’agir collectivement contre le système d’interdictions et d’exclusions qui les enferme dans des identités imposées et la nécessité d’ouvrir de nouveaux horizons dans leur vie. Cette action commune, fondée sur une interprétation des désirs et des besoins des femmes, configure une identité collective et instable, qui sera en permanence médiatisée par les multiples individualités, les identités diverses et changeantes des femmes, leurs expériences, leurs critères et leurs pratiques.